Risques et Complications de la Technique

Les suites opératoires

ESSURE a été retiré du marché en septembre 2017 en Europe

Douleur lors de la pose des implants: 40% des femmes n'ont pas de douleurs, 30% une douleur modérée et 30% des douleurs plus importantes.

Douleurs dans les heures qui suivent la pose: crampes ou équivalent de douleurs de règles ou de contractions utérines. La prise de médicaments simples antispasmodiques est suffisante le plus souvent.

Les nausées et malaise dans les minutes qui suivent la pose sont rares: le repos au sein de l'établissement permet de récupérer de ce malaise vagal.

Léger saignement vaginal très transitoire.

Les complications

Il est important de savoir que lorsque le chirurgien estime que la technique opératoiren'a pas été aussi simple que d'habitude, comme par exemple une pose plus douloureuse ou plus longue que d'habitude, une pose durant laquelle il a du forcer un peu pour mettre un implant, il doit alors se méfier de l'une des complications suivantes:

  • Perforation de la corne de l'utérus ou de la trompe avec passage dans la cavité abdominale d'un micro-implant, qui survient dans 1,2% des cas
  • Expulsion par le vagin d'un micro-implant, qui survient dans 0,3% des cas
  • Réaction allergique dans 0,05% des cas
  • Infection des trompes dans 0,5% des cas

L'échec de la pose de l'un ou des deux côté revient à un échec de la méthode. La pose est techniquement possible des deux cotés dans 95% des cas. En cas d'échec de pose d'un coté il suffit alors de retenter la pose un mois plus tard; tentative qui est le plus souvent couronnée de succès.

Comparaison avec la ligature par cœlioscopie

Il faut comparer les risques de cette technique avec les risques des autres techniques de stérilisation: les risques de la coelioscopie pour la ligature traditionnelle des trompes et les risques de la vasectomie.

Les études ont comparé la durée d'hospitalisation, les complications per opératoires et le suivi à trois ans incluant les grossesses, les allergies, les cancers, la consommation de médicaments antalgiques et anti inflammatoires, le taux de suicide et la mortalité entre la pose des Essure et la ligature par coelioscopie.
Les complications tant anesthésiques que chirurgicales et douloureuses sont nettement plus importantes avec la ligature des trompes par cœlioscopie. La coelioscopie sauf situations très particulières doit être abandonnée pour la stérilisation tubaire au profit des techniques mini invasives de type Essure.

Il n'y a pas de diféfrence sur le taux de grossesse, d'allergie, de consommation d'antalgiques et d'anti inflammatoires entre les deux techniques; cel a été démontré début 2017 par les études scientifiques.
Le coût direct des deux interventions est identique; mais le coût indirect est moindre avec Essure®.

Les risques de la coelioscopie sont décrites sur cette page sur le site du CNGOF.
Les complications de la vasectomie sont détaillées sur cette page sur le site de l'AFU.

Dernière mise à jour le 4 octobre 2017